Catégorie:Fraternité Rroms bassin minier 62

De Politis 62
Révision de 14 novembre 2017 à 20:31 par Politis62 (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : navigation, rechercher


2017

Magdalena Constantin en prison

Magdalena fait partie des familles Rroms qui tentent de survivre dans le bassin minier, avec notamment le collectif Fraternité Rroms bassin minier 62. Elle est en prison, pour mendicité. Ci-dessous le communiqué de la Ligue des Droits de L'homme.

La justice a condamné Magdalena C., maman de 43 ans, à 6 mois de prison. Son crime ? Avoir mendié à Noyelles Godault, avec ses enfants, pour nourrir sa famille. Magdalena a bien expliqué que ses enfants allaient auparavant à l'école à Denain, mais depuis que la famille a été chassée de cette commune, ils n'y sont plus scolarisés. Elle vit aujourd'hui dans un lieu sans adresse, un de ces terrains vagues entre ailleurs et nulle part. Faute de domicile, elle n'a pas scolarisé ses enfants. Pour l'institution : elle a « déscolarisé ses enfants ».

Pauvre, toute la famille l'est. Et c'est pauvrement qu'ils sont allé mendier. Pour l'institution : les enfants étaient dans un état « d'hygiène lamentable pour apitoyer les automobilistes ». Aujourd'hui, Magdalena C. est en prison. Elle en sortira probablement au cœur de l'hiver. Ses enfants de 6, 7 et 10 ans ont été provisoirement placés.

La Ligue des Droits de l'Homme élève une vive protestation.

On a dénié à cette famille ses droits fondamentaux : droits économiques et sociaux, droit au logement,... et ce que pénalise aujourd'hui le tribunal, c'est la pauvreté, pas une délinquance. Ce qu'il faut arrêter aujourd'hui, ce ne sont pas les mères. Ce qu'il faut arrêter aujourd'hui, c'est la destruction systématique des bidonvilles sans solution de relogement. Ce qu'il faut arrêter, ce sont les refus illégaux de domiciliation opposés par de trop nombreuses communes. Ce qu'il faut arrêter aussi, ce sont les obstructions administratives trop fréquentes, à la scolarisation des enfants. Le coût de l'enquête, le coût du fonctionnement de la justice, le coût de la répression et de l'emprisonnement, le coût du placement, la douleur affective d'une famille divisée : tout le monde aujourd'hui, du plus humaniste au plus cynique, voit que ni l'homme ni la société n'ont quoique ce soit à gagner au tout répressif.

Nous nous élevons contre le sort qui est fait à Magdalena C. et demandons qu'une solution soit mise en œuvre pour qu'elle retrouve rapidement et dignement ses enfants dès sa sortie de prison, dans un contexte où ils seront scolarisés et suivis. Nous renouvelons notre soutien à tous les bénévoles qui, quotidiennement, viennent en aide aux plus pauvres, notamment dans les bidonvilles.


Expulsion des Rroms du terril de Sainte-Henriette, à Hénin-Beaumont

Voilà en quoi en sont réduites les familles. Cliquez sur les photos, pour agrandissement.

201710-ExpulsionsRromsSainteHenriette-01.jpg201710-ExpulsionsRromsSainteHenriette-02.jpg201710-ExpulsionsRromsSainteHenriette-03.jpg201710-ExpulsionsRromsSainteHenriette-04.jpg201710-ExpulsionsRromsSainteHenriette-05.jpg


Résumons-nous